Marraine des chiots: comment une femme a secouru des chiots d’ terible danger

La femme attendait son bus, faisant des plans pour la soirĂ©e. Elle n’a pas immĂ©diatement remarquĂ© l’homme ĂągĂ©. Il tenait un grand sac dans ses mains. L’homme portait un grand sac, du genre de ceux que l’on trouve habituellement dans les supermarchĂ©s.

À premiĂšre vue, il n’y avait rien chez cet homme qui puisse le faire titiller l’attention d’une femme, mais quelque chose lui paraissait Ă©trange. Elle s’est occupĂ©e de l’homme et ne comprenait pas ce qui la tracassait.

Soudain, la femme a remarquĂ© une agitation dans le sac. Il y avait une crĂ©ature vivante dans le sac – il n’y avait aucun doute lĂ -dessus. Le chiot a essayĂ© de sortir du sac, faisant surface puis replongeant dans le sac.

La femme a remarquĂ© que le chiot n’Ă©tait pas seul, qu’il y avait plusieurs autres personnes tout aussi peu sophistiquĂ©es qui pataugeaient avec lui. Ils ne gĂ©missaient pas, ne hurlaient pas et n’avaient aucune idĂ©e du destin cru el que leur propriĂ©taire leur prĂ©parait.

La femme ne pouvait pas rester Ă  l’Ă©cart. « OĂč les emmenez-vous ? », a-t-elle demandĂ©.  L’homme ne s’est pas arrĂȘtĂ©, mais a seulement lĂ©gĂšrement ralenti son rythme. Il ressemblait Ă  un Gerasim silencieux maintenant. « Que faire d’eux ?

Quand ils seront grands, ils courront af amĂ©s dans la rue. Les petits-enfants ont jouĂ©, et maintenant quoi….. » Peut-ĂȘtre que l’homme lui-mĂȘme n’aimait pas la mission qu’il devait accomplir, c’est pourquoi il Ă©tait si peu disposĂ© Ă  parler.

Il s’est avĂ©rĂ© que les chiots n’ont pas Ă©tĂ© donnĂ©s tout de suite, ils ont laissĂ© les petits enfants se faire dorloter, jouer avec, puis ont dĂ©cidĂ© de se dĂ©barrasser des petits chiens, qui allaient bientĂŽt devenir de grands chiens. Pas juste ? Non, inhumain ! Mais c’est ce qui se passe.

« Donne-les moi », a suggĂ©rĂ© la femme, qui suivait dĂ©jĂ  l’homme depuis cinq minutes. Il s’est arrĂȘtĂ©, ne s’attendant apparemment pas Ă  recevoir une telle offre. L’homme a hĂ©sitĂ© un peu plus longtemps, puis a tendu le sac Ă  Natasha.

« Seulement ils sont quatre », a-t-il ajoutĂ©. La femme a pris le sac avec les petits. Elle ne savait pas ce qu’elle allait faire ensuite, mais elle Ă©tait absolument sĂ»re d’avoir fait la bonne chose maintenant.

Puis chaque chiot a trouvĂ© un maĂźtre. Un bon, gentil et attentionnĂ©. Comme il se doit. Et maintenant, Natasha est leur marraine, qui rend visite aux chiots de temps en temps, mĂȘme si ce sont des chiens adultes maintenant.

Like this post? Please share to your friends: